Oui, mais… Un jeu de dupe!

Oui mais…

Le  champion du « oui, mais… » prend un malin plaisir, très inconscient, à nous  signifier que rien ne pourra jamais fonctionner, « Oui mais…  non en fait!»ðŸ˜®

Un véritable jeu de dupe!

Résultat de recherche d'images pour "oui mais"

 

Le « oui mais » n’est ni un oui, ni un non.

Quand nous le prononçons, il laisse comme un arrière goût d’indécision, voire de manque de confiance en soi.

Le « oui mais » nous fait perdre du temps. En effet, mieux vaut dire non et proposer une alternative plutôt qu’un « oui mais » frustrant…

 

En réalité, Il s’agit d’un jeu extrêmement répandu.

La prise de conscience permet de débrancher le pilote automatique de l’inconscient et de remettre en question nos habitudes.

Le « mais… » à éviter! (de toute façon)

Au milieu d’une phrase, le « mais » supprime tout ce qu’il y avait avant, comme une soustraction. Il annule ce qui a pu être dit juste avant.

– Oui, ça me fait plaisir, mais tu n’aurais pas du.

– C’est un bon travail, mais il y a des points à éclaircir

Le « jeu » du « oui mais… »

Un ami arrive vers vous, la mine défaite, presque au bord des larmes. Il vous regarde avec des yeux de cocker et il vous dit : « j’ai un méga-problème, je ne sais pas comment m’en sortir… »

Il cherche (inconsciemment)  le « Sauveteur » qui sommeille en vous et votre envie de rendre service, d’être utile, de prendre soin, votre côté « Zorro »! … Résultat de recherche d'images pour "zorro"

La réponse automatique est immédiate « Raconte-moi ça… »

Votre ami vous raconte alors ce qui le préoccupe.

Et le « Sauveteur » en vous lui propose des solutions :

– « Est-ce que tu as essayé de… »

– « oui mais ça sert à rien, ça marche pas parce que… »

– « Alors pourquoi tu tentes pas de… »

– « Oui, mais… si je fais ça, tu imagines ce que ils vont dire … »

– « Alors peut-être que pourrais … »

– « Oui mais je ne peux pas… c’est carrément impossible… »

Bref, vous avez compris le principe de ce « jeu » inconscient… à tout ce que vous allez proposer ou suggérer, votre ami va opposer des objections.

La « Victime » qu’il était au départ, se changeant progressivement en « Victime pleurnicharde », puis en « Victime persécutrice ». Et l’échange peut durer ainsi, un certain temps…

Caliméro : l'exemple même du "personne ne m'aime"

Jusqu’au « coup de théatre » final!

Lassé, le « Sauveteur » en vous se mue en « Persécuteur » :

– « Ecoute, je ne sais plus quoi te dire ou te proposer, alors débrouille-toi! »

Et suit le moment de confusion, de gêne ou de stupeur : lorsque soit votre ami repart, comme il est venu, ou qu’il vous jette à la figure quelque chose comme :

« Je savais bien que je ne pouvais pas compter sur toi… » (vive le « Persécuteur » !!!)

Bénéfice du jeu : je vous rappelle que dans la majeure partie des cas, les jeux psychologiques sont le produit de notre inconscient.
Ils ont pour but de valider des croyances que nous avons sur nous, la vie, les gens, notre entourage personnel ou professionnel…

Résultat de recherche d'images pour "jeu psychologique"

Explication du jeu du « OUI, MAIS… » :

Les personnes qui jouent à ce jeu ne cherchent pas vraiment de solution à leurs problèmes.

Ce qu’elles aiment et ce qu’elles veulent, C’EST SE PLAINDRE, SE VICTIMISER…

Grâce à ce jeu, elles vont de plus chercher à valider, notamment les  croyances suivantes :

  • ma situation est tellement compliquée qu’il n’y a aucune solution.
  • je vais lui demander de l’aide, mais je sais que je n’ai rien à attendre de lui (ou d’elle)…
  • personne ne peut rien pour moi,
  • je ne m’en sortirai jamais,
    etc…

Les « Oui, mais… » sont aisément repérables, dans la mesure où ils viennent constamment rechercher une aide qu’au final ils rejettent.

Après vous être fait piéger quelques fois, vous parviendrez à les identifier facilement.

Résultat de recherche d'images pour "triangle dramatique"
Il ne s’agit de refuser toute forme d’appui aux personnes qui en ont vraiment besoin et qui sont prêtes à l’accepter.

Toutefois, les vrais « Oui, mais… » sont redoutables, car ils épuisent des bataillons de sauveteurs, alors qu’ils ne cherchent qu’à les mettre en échec.

Vous pouvez tout au plus proposer votre écoute (et c’est déjà beaucoup !) et peut-être un « renforcement » du style « oui, c’est vrai que c’est compliqué »… ou fuir!! Ã°ÂŸÂ™Â‚

 

Céline BARRAU Coaching et thérapies brèves

Coaching et formation à La Garde (83130)

 

oui mai

 

 

 

Laisser un commentaire